test3.png

Alors, qu’est-ce que donc que ce joyeux bazar ?

Cela fait un moment que vous et moi n’avions parlé ensemble, juste comme ça, pour le plaisir. C’était bien, ce temps, où je pouvais dessiner dans le vent et vous dire n’importe quoi… rassurez-vous, ce temps-là n’est pas achevé, je le fais toujours. Maintenant, vous avez seulement l’impression que Lie et moi, on est devenus des vieux cons.

Nous avons tous les deux vingt piges passées, on peut dire qu’on est assez jeunes. Donc restons sur le principe que nous sommes des cons.

Mais rappelez-vous, les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît.

Alors, qu’est-ce que DRAMO ?

Très simplement, cela fait plusieurs articles que je vous rebats les yeux avec “gnagnagna mon ancien serveur Minecraft“, “jebebite le jeu de rôles, et là t’as bidule qui lance une boule de feu“… maintenant, nous avons décidé de synthétiser tout cet énorme marasme en un gigantesque univers polygraphe, où nous sommes nos propres héros !

Je ne peux, pour l’instant, pas tout vous révéler sur tout ce qui se profile sur la question. Mais seulement vous parler de DRAMO, et seulement de DRAMO. J’aime répéter sans arrêt, DRAMO, comme ça, je trouve que ça fait classe.

L’Histoire du Guerrier, c’est un peu ce à quoi je correspond. Ce qui fait de moi la personne que je suis, là, à vous écrire des phrases digressives du haut de mon clavier. Rogah, alias Frogahkiin, alias la Grenouille, alias #beaucouptropdalias, c’est moi. C’est ce qu’on appelle le culte de la personnalité les enfants.

Mais Rogah ne serait pas Rogah sans ses amis et ses “ennemis”. Tout ceux et celles que vous avez pu voir dans cette très courte HUM HUM histoire sont des gens qui comptent, qui ont compté, qui compteront, pour moi.

Et si vous voulez du détail, vous pouvez vous gratter ! Faut pas déconner non plus, laissons un peu de mystère !

L’histoire, prenez-la telle qu’elle est. Elle représente à la fois le personnage que je suis (oui, oui, je suis une énorme brute sans cervelle au cœur de glace) et aussi la personne que j’aimerais être (un gros barbare ouais ouais). Imaginez alors, Neigi, Ether, Bohor, Isio, ceux-ci sont de vraies personnes de la réalité véritable. Cherchez bien. Vous pouvez trouver des choses relevantes ici bas.

Voici ce que vous pouvez retenir de cette entreprise pour le moins houleuse :

  • Je fais ça en compagnie de Messire_Lie, alias Isio (oh mon dieu), alias Lie, alias #tellementdaliasqueturisquesdedéceder, et sans lui, DRAMO n’existerait pas. Même dans nos rêves les plus fous.
  • Beaucoup de personnes ont contribué bon gré, malgré elles, à mettre l’univers de DRAMO et ses personnages sur pieds.
  • Non, vous ne rêvez pas, les DRAMO ne sont pas terminés. Là, nous avons traité mon avatar, Rogah le Guerrier… mais tous les personnages méritent qu’on s’y attarde longuement.
  • Il y a plus d’une cinquantaine de personnages. Cinquante.
  • Lie et moi, on est les patrons, les chefs, les têtes de file, on peut tout faire, tout concevoir, mais on y arrivera pas tout seul. D’autres plumes et d’autres tablettes s’ajouteront à ce périple !
  • CINQUANTE !

  • Promis, on fera une vidéo pour vous parler, face à face.
  • Cinquante.

 

Ce blog risque fort d’être joyeusement pollué par DRAMO, car ce projet nous tient plus qu’à cœur, c’est notre fils, notre bataille. Faut pas qu’elle s’en aille. Ohohoho.

Soyez nos juges, soyez nos lois, ça nous fait pas peur.

Et avant que Daniel se décide à revenir affronter la céréale chevaline, on s’en ira dans un bruissement de cape, à la façon d’un méchant des années 80.

Prochainement, vous découvrirez un nouveau DRAMO ! Restez vigilants !

 

direction artistique :  Messire_Lie                scénario : Frogahkiin

 

Advertisements
DRAMO, Life

Retour sur DRAMO – Le Guerrier

Image

43. Charlie

Life

Charlie

Image
Drawings, Life

Les Souvenirs

41. Memories

 

Un autre petit flashback ? Je vous avais déjà montré ce qu’aurait pu devenir ce blog, maintenant, je vous montre ce que je faisais… il y a quelques années, oula, c’est pas bon de dire ça.

C’est à partir du collège que j’ai vraiment commencé à dessiner et tenter des trucs construits. En cinquième, j’improvise une BD mal foutue, qui met en scène deux robots débiles caressant le désir monstrueux de s’échapper de leurs cases. Ce petit stratagème honteusement rusé me permettait de faire une BD sans décors… ils sont en bas à gauche du dessin, je les avais baptisés Priz et Hon (je vous laisse déceler le magnifique jeu de mots dissimulé ici.)

À l’âge de quatorze ans, je deviens de plus en plus âgé (logique) et stupide (encore plus logique), je fais une mauvaise chute à vélo et me brise la clavicule (aïe), j’ai donc mes vacances gâchées et beaucoup de temps devant moi. Viennent au monde Hack et Slash ( lel ), deux poulpes gonflés aux stéroïdes qui partent à la conquête de l’espace dans l’unique but de :

-dominer l’univers pour Hack (celui de gauche)

-manger l’univers pour Slash (celui de droite)

Très rapidement, je reponds une BD, cette fois plus chiadée, de quarante-huit pages avec décors et tout et tout, avec Gak et Isti comme héros. Ce sont les deux esprits frappeurs debout sur les rochers. Ils accumulent tous les défauts que j’affectionne dans les bons vieux duos du 9ème art, bornés, rusés, brutaux, stupides, avec un sens de l’humour douteux.

 

Enfin, arrivé au lycée, j’abandonne (?) mes ambitions de faire de la BD, je change de fréquentations, je découvre les “joies” des relations sur le Réseau Social… je rencontre des personnes qui forgeront ma personnalité future d’adulte. Haha, je me mets à graffer.

Le ninja en haut à droite s’appelle simplement Ninja, il n’a aucune ambition, aucun désir, il vit simplement pour botter des culs.

En bas à droite, quelque chose qui parlera à beaucoup de mes intimes, MA PLUS GRANDE CRÉATION ! Cette petite boule de kawaï se nomme Gouzi, demeure incapable de prononcer autre chose que son prénom ( Je s’appelle Gouzi ? ) et peuple quelques murs de… bref, et un grand nombre de mes prises de notes de cours, et surtout, de projets d’arts plastiques.

Maintenant, la nostalgie est en train de m’étouffer, alors j’arrête.

Standard

40. Le défi

Mon comparse de pinceaux et de crayons, Mr_Lie, m’a récemment mis au défi.

Fais un dessin réaliste.

C’est simple, mais parfois, c’est pas si simple d’être simple. Et j’en ai profité pour faire plaisir à des amis qui apprécient les bestioles représentées. Alors ? J’ai réussi mon défi ? Dites-moi !

Drawings, Life

Le Défi

Image

16. Le Promeneur de Sièges

J’attendais ma chère et tendre devant le métro C.H.R. B Calmette. Je m’ennuyais, je cherchais un sujet pour le blog. Je ne dessine que très rarement de vraies personnes. En vrai.

Au milieu de la foule, il est arrivé. En parlant à son étrange compagnon inerte.

Life

Le Promeneur de Sièges

Image